Aperçus de recherche : La place de la corruption dans la professionnalisation (partie 3)

Le soupçon de corruption comme stigmate du local

La méfiance et le soupçon de corruption sont un stigmate, dans la mesure où ils touchent certaines catégories de salariés davantage que d’autres. Erving Goffman a fait du stigmate un concept sociologique permettant d’observer comment des individus sont jugés en fonction de leur écart à la norme, à partir d’attributs sociaux considérés de manière dévalorisante : handicap, couleur de peau, etc. (Goffman, 1975). Dans notre cas, la corruption stigmatise la proximité au local. Ainsi, les personnes sont jugées plus susceptibles de corruptions différentes selon les lieux où elles travaillent et selon qui elles sont.

Un salarié malien au Mali est souvent identifié par son organisation comme un salarié “national”, sous contrat national. Lorsqu’il est envoyé au Burkina Faso, il devient un expatrié. Le statut change selon l’espace, sauf pour les personnes expatriées d’origine occidentale, qui conservent un statut d’extériorité qui les privilégie face au soupçon, même lorsqu’elles travaillent sous contrat local.

À chaque groupe professionnel correspond un lien avec le local et une corruptibilité potentielle, reposant sur les dynamiques de pouvoir et d’inégalités entre les groupes. Les “locaux”, les agents de terrain et les plus précaires sont suspectés de détournements de biens ou de favoritisme, mais justifiés par le besoin. La corruption est d’ailleurs légitimée par les personnes confrontées à leurs actes comme cela (“j’ai une famille à nourrir”, etc.). Les groupes de cadres expatriés sont moins suspectés, car plus distants. Mais leur distance peut aussi se retourner contre eux, notamment pour les expatriés africains, qui sont jugés pour leur manque d’engagement et leur trop grande distance face au “projet” humanitaire. Les apprenants et apprenantes du centre Bioforce Afrique différenciaient très souvent leurs pairs en fonction de ceux “à la recherche d’une carrière expatriée” et ceux “qui cherchent un métier avec du sens”. Si ces groupes sont soupçonnés de détournements, ils seront surtout financiers, sous la forme d’un pourcentage, au détour d’un contrat de prestation. Ce soupçon de la proximité pousse encore de nombreuses ONG internationales à éviter de nommer des salarié.es locaux directeurs ou directrices de missions. S’ils le sont, c’est alors souvent en binôme avec un.e expatrié.e occidental.e.

Ce stigmate du local entraîne ainsi une méfiance de fait, qui peut primer sur la confiance. La reconnaissance du degré de professionnalisation est associée à un jeu de négociation identitaire en fonction des lieux. La définition de la corruption, acceptable ou non, dépend du groupe professionnel d’appartenance, mais également des espaces où se trouvent ces derniers. Peter Redfield (Redfield, 2012), en analysant les salariés nationaux, note les stratégies pour contourner ce stigmate. Une docteure en chef angolaise travaillant en Angola pour MSF refusait de conserver la clé des coffres pour ne pas être accusée de détournement. Elle disait espérer pouvoir changer de lieu de travail, acceptant de travailler partout, mais surtout pas en Angola.

La distance avec le terrain, mais aussi l’engagement humain, sont ainsi des marqueurs de professionnalisme qui écartent le soupçon (Richardier, 2019). Cependant, l’expérience peut compenser la proximité, voire la rendre positive, l’âge également, tandis que l’origine peut, en fonction des moments de carrière, être un avantage. Au Mali, dans l’ONG où j’ai travaillé, un directeur de ressources humaines en “fin de carrière”, qui pouvait travailler « n’importe où » était considéré comme très peu corruptible. Un formateur du centre Bioforce Afrique, d’origine burkinabé, me confiait également qu’à son niveau de carrière, la corruption était hautement improbable, car vu sa spécialisation, s’il était reconnu coupable de ce genre d’acte, “même en enfer tu ne trouveras plus de job“.

Le stigmate du local, analysé par le soupçon de corruption, rend donc compte d’un processus de professionnalisation dynamique, se déployant en fonction des groupes professionnels parfois concurrents, des origines perçues, des lieux du travail, et des moments d’une carrière.

Références

Goffman, E. (1975). Stigmate : Les usages sociaux des handicaps. Les Éditions de Minuit.

Redfield, P. (2012). The unbearable lightness of ex-pats : Double Binds of Humanitarian Mobility. Cultural Anthropology, 27(2), 358‑382. https://doi.org/10.1111/j.1548-1360.2012.01147.x

Richardier, V. (2019). Le souci d’autrui en miettes – Capitalisme émotionnel et division du travail humanitaire depuis Lyon, Pékin et Bamako [Thèse de doctorat]. Université de Lyon.

Aperçus de recherche : La place de la corruption dans la professionnalisation (partie 2)

Définir la corruption des autres

Les ONG et le secteur associatif cherchent en permanence à comprendre la corruption et à la cadrer, notamment après les détournements importants suites aux interventions humanitaires massives, comme après le tsunami de 2004. La corruption est définie comme tout détournement à des fins privées d’un pouvoir confié en délégation par Transparency International qui distingue la « grande » corruption, systématique et de haut niveau, de la « petite » plus discrète et menée par le petit personnel (Transparency International, s. d.), la corruption active de la corruption passive. Des spécialistes interrogent sa dimension secrète (Aït-Mohamed Parent, 2016) et les guides spécialisés explorent en détails les formes spécifiques qu’elles peuvent tenir (Transparency International, 2010).

Du côté de la recherche, l’anthropologie du développement avec Jean-Pierre Olivier de Sardan et d’autres anthropologues discutent de plusieurs formes de corruption qu’on observe au quotidien, aussi bien dans les administrations publiques, privées que dans la vie quotidienne. De ces formes élémentaires de corruption, on peut noter : la gratification, la commission, le piston, la privatisation, le tribut et la perruque. Ces formes créent un continuum, où les formes s’entremêlent.

D’autres anthropologues , comme l’Américain James C. Scott (Scott, 1969), distinguent une corruption dite « de proximité » (parochial corruption) et de « marché » (market corruption). La première est prise dans des liens de réciprocité, souvent affectifs et l’autre plus anonyme, où le montant l’emporte sur les liens. Giorgo Blundo remet en question cette différenciation (Blundo, 2020), dans la mesure où toute corruption est toujours une transaction, prise parfois dans un temps long, celui de la construction d’une relation. Par ailleurs, les transferts et contre-transferts immédiats caractéristiques d’une relation marchande n’existent pas dans une ONG, où la transaction corruptrice prend place dans un réseau d’amitiés et de confiance dense. De plus, toutes les corruptions ne sont pas monétaires.

Toutefois définir les types de corruption est tout aussi difficile que de la décrire. Si du côté de la morale, des règles et des lois, les choses peuvent paraître claires, elles ne s’appliquent jamais empiriquement de manière parfaite. Certaines personnes sont punies, d’autres pas, les personnes ne sont pas toujours d’accord sur le sens à lui donner (Becker, 1985). La déviance existe lorsqu’une norme est définie et appliquée. En cela, la corruption est toujours une forme d’activité collective et n’existe qu’en tant que telle.

Il est ainsi intéressant sur le terrain d’observer qui parle de corruption et qui a le pouvoir de définir des actes comme corruption et comment se négocie, en groupe, ce travail. Les groupes dominants, c’est-à-dire les responsables hiérarchiques sont au cœur de ce processus. Une corruption peut ainsi être assumée, stigmatisée ou tolérée. La corruption est assumée lorsqu’elle répond aux impératifs de l’aide humanitaire. Ainsi, une professeure de Bioforce Dakar expliquait en cours avoir dû, comme cheffe de projet, donner de l’argent à un responsable de village, pour pouvoir atteindre des personnes vulnérables. Elle précise que cette décision a été prise de manière collégiale dans l’organisation, afin de répondre à des besoins urgents.

La corruption stigmatisée est souvent celles des « autres ». Elle ne concerne presque jamais le locuteur et définit le contour de groupes en opposition. Mamane Sani remarque ainsi à Epicentre, le centre de MSF dans lequel il a travaillé au Niger, que les salariés nigériens accusent de corruption les expatriés africains qui privilégient, selon eux, les leurs et les empêchent, eux nationaux, d’accéder aux postes de responsabilité (Issoufou, 2018). J’ai pu de mon côté entendre un expatrié d’origine africaine me raconter comment il a été accusé, par des expatriés européens, de favoritisme également envers ses compatriotes.

La corruption tolérée est celle des plus faibles et des plus fragiles dans l’organisation, ceux dont les actes de corruption ne sont pas considérés comme suffisamment dangereux ou importants pour être stigmatisés. Les chauffeurs, les gardiens, mais surtout les bénéficiaires rentrent dans cette catégorie. Leurs actions sont acceptées dans la mesure où elles sont invisibles, mais peuvent soudainement devenir visibles et être alors stigmatisées. Un coordinateur de services supports et donc responsable de logistique, me disait qu’un petit pourcentage de perte était par exemple toujours accepté lors des distributions alimentaires, ou de carburant. Mais ce montant, quasiment défini à l’avance, ne devait pas être trop important. Les moments de mise en visibilité et de contrôle de cette tolérance sont souvent des périodes de tension importantes dans les structures, car les normes implicites sont bouleversées et toutes et tous doivent pouvoir renégocier une forme d’équilibre.

Les transactions corruptrices sont donc des actes essentiellement collectifs, mouvants en fonction du pouvoir de sanctionner, et de leur mise en visibilité. Au-delà de leur réalité, c’est la manière dont elles participent à construire les groupes et à les opposer qui nous intéresse.

Références

Aït-Mohamed Parent, M. (2016). La corruption : Un défi auquel n’échappe pas le secteur humanitaire. Alternatives Humanitaires, 3, 148‑157.

Becker, H. S. (1985). La théorie de l’étiquetage : Une vue rétrospective (1973). Lecons De Choses, 201‑237.

Blundo, G. (2020). Décrire le caché. Autour du cas de la corruption. In J.-P. Olivier de Sardan (Éd.), Pratiques de la description (p. 75‑111). Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. http://books.openedition.org/editionsehess/19826

Issoufou, M. S. S. (2018). Une nouvelle élite dans les métiers de l’international : Les expatriés africains d’Épicentre et leurs rapports professionnels avec les employés locaux. Critique internationale, N° 81(4), 83‑106.

Scott, J. C. (1969). The Analysis of Corruption in Developing Nations. Comparative Studies in Society and History, 11(3), 315‑341. https://doi.org/10.1017/S0010417500005363

Transparency International. (s. d.). Corruption Glossary. Transparency.Org. Consulté 14 avril 2021, à l’adresse https://www.transparency.org/en/glossary

Transparency International. (2010). Prévenir la corruption dans le cadre des opérations humanitaires (p. 179). Transparency International. https://images.transparencycdn.org/images/2010_HandbookHumanitarianOperations_FR.pdf

Dialogues méthodologiques : ouvrir le terrain

Les explications de cette catégorie sont disponibles ici.

[Verena] : Notre recherche comporte un terrain soigneusement délimité (le centre Afrique de Dakar), un espace beaucoup plus large et flou qui est celui des interventions humanitaires (potentiellement toute l’Afrique) et le terrain non physique des relations des mobilités entre ces différents lieux. Ces trois « terrains » se rapprochent de la réalité « sans couture » de l’ethnographie multisituée (Candea, 2009, p. 25‑46; Marcus, 1995).

Chacun de ces terrains, plus ou moins faciles à appréhender, doit être « ouvert ». Et depuis nos positions, le travail n’est sans doute pas le même, d’où le fait que je pensais t’écrire une note sur le sujet.

Je suis arrivée à Dakar le 15 janvier. Entrer à Bioforce, rencontrer des humanitaires passés par Bioforce ou bien installés dans la carrière m’a pris malgré tout du temps. Je dis malgré tout en faisant en réalité référence à mes contacts. Je connais le monde des ONG internationales, j’ai encore beaucoup d’anciens collègues et amis et mon nom de famille fait parfois réagir quelques personnes. En arrivant à Dakar, j’ai tenté l’ouverture par le pas de la porte pour certaines ONG, en essayant de voir ce que cela donnait d’arriver naturellement quelque part pour obtenir des contacts, sans activer le réseau.

Ce fut un échec, à part avec un assistant de projet qui, chefs absents (télétravail oblige), m’a spontanément accordé un entretien. Pour les autres structures, je n’ai pas dépassé la sécurité.

Alors je suis retournée du côté des réseaux, en écrivant des messages, en téléphonant, en expliquant la recherche, en allant boire des verres pour parler de notre travail. Cela m’a pris presque trois semaines.

Et toi, comment cela se passe-t-il pour rencontrer des personnes ? Notamment les animateurs de terrain, impossibles à contacter pour moi ? Par quel réseau passes-tu ? Arrives-tu à sortir de ce réseau, est-ce que tu vas te déplacer ?

[Mamane] : Pour ma part, il faut dire que j’ai été un peu naïf de croire que je pourrais facilement accéder au terrain. En effet, je ne dois pas me déplacer d’un pays à un autre comme c’est ton cas, car les personnes que je souhaitais interviewer habitent dans la même localité que moi. Qui plus est, je comptais utiliser mon réseau de connaissances personnelles issu à la fois de mes activités professionnelles en tant que chercheur, et issu également de mes recherches doctorales antérieures.

J’avais discuté avec certains d’entre eux qui m’ont confirmé leur disponibilité. Mais la mobilité de certains, qui ont quitté l’ONG où on a pris connaissance et où on a travaillé ensemble, pour rejoindre Bioforce Dakar dans l’espoir d’embellir leur carrière professionnelle, a créé une certaine distance. Entre temps, j’ai déménagé pour habiter à Niamey après avoir soutenu ma thèse d’anthropologie à la fin du mois de septembre dernier. Après quelques appels téléphoniques pour garder les contacts et espérer avoir des entretiens, le réseau social WhatsApps est finalement devenu l’espace privilégié d’échanges autour de plusieurs thématiques y compris pour les personnes qui vivent dans le pays.

Par ailleurs, d’autres personnes qui se reconnaissent dans l’action humanitaire, avaient participé à des formations que j’ai réalisées dans leur structure, en l’occurrence Humanité & Inclusion deux années plus tôt, avant de rejoindre Bioforce à Dakar.

Tout de même, pour convaincre et garder des liens privilégiés avec mes interlocuteurs qui prenaient parfois beaucoup de temps avant de répondre à mes messages (écris comme vocaux) via WhatsApps, j’ai été obligé d’appeler plusieurs fois, sous prétexte que c’est juste pour saluer, de reposer les mêmes questions restées antérieurement sans réponses. L’une des personnes avec qui je suis le plus en contact a accepté volontiers de m’accorder des entretiens aussi longtemps que possible, car :

  • Ce fut un plaisir de s’intéresser à sa carrière professionnelle très riche sur le plan de l’expérience.
  • Ensuite, mon travail est issu d’une bourse de recherche d’une fondation qu’elle connaît et souhaite voir d’éventuelles publications d’articles scientifiques qui retracent quelques parcours des acteurs de l’humanitaire, où il s’y reconnait.
  • Après, elle apprécie personnellement mon parcours personnel, celui d’un jeune docteur en science sociale, et qui s’intéresse à des thématiques qu’elle affectionne particulièrement.  

Elle est enfin heureuse de pouvoir m’aider dans une recherche grâce à laquelle je pourrai publier un ou des articles avec d’autres chercheurs, des ‘’Blancs notamment’’.

Aussi, ai-je utilisé le même réseau pour discuter des rencontres réalisées par ses acteurs et m’aider à trouver d’autres contacts. Mais je dois me déplacer et me faire assister par des contacts pour avoir des entretiens avec des personnes qui ne me connaissent pas et qui ne voient pas forcément mon intérêt pour leur personne et leur carrière.

Références

Candea, M. (2009). Arbitrary Locations : In Defence of the Bounded Field-site. In M.-A. Falzon (Éd.), Multi-sited ethnography : Theory, praxis and locality in contemporary research (p. 25‑46). Ashgate.

Marcus, G. E. (1995). Ethnography in/of the World System : The Emergence of Multi-Sited Ethnography. Annual Review of Anthropology, 24(1), 95‑117.

Aperçus de recherche : La place de la corruption dans la professionnalisation (partie 1)

Ce que parler de la corruption peut vouloir dire

La corruption dans les ONG internationales est un sujet à la fois tabou et sans cesse évoqué. Son poids moral est d’autant plus fort que l’argent sert un but humanitaire et qu’il provient directement de donateurs privés. Détourner les fonds, de quelque manière que ce soit, est une négation des principes fondateurs de l’aide. Les ONG se surveillent et sont continuellement surveillées, surtout lorsqu’elles interviennent dans des contextes où la corruption peut être une pratique routinière et banalisée comme en Afrique de l’Ouest (Blundo & Sardan, 2001). La corruption appartient dans ces situations à un complexe qui dépasse les murs de l’ONG et s’enchâsse dans le fonctionnement administratif des Etats où elle travaille (Blundo & Sardan, 2001; Olivier de Sardan, 1996). Dans ces contextes, « c’est la probité qui apparaît comme la déviance » (Blundo, 2020).

Parler d’elle est délicat, considérant sa dimension cachée. La corruption appartient à une sociologie de la rumeur (Blundo & Olivier de Sardan, 2016). Elle est publiquement dénoncée, mais la criminaliser revient également à perdre de vue sa dimension sociale. Secrète, elle est presque impossible à observer, sauf à la vivre. Elle devient alors uniquement ce que les « autres » en disent.

Nous avons choisi d’exploiter ce défaut pour ce qu’il est : une manière d’observer la place que tient la corruption dans le quotidien professionnel des acteurs de l’aide humanitaire. En faisant attention à qui parle de corruption, selon quels termes, qui dénonce et qui se tait, on voit se dessiner le contour mouvant de groupes professionnels, pour qui les normes de la corruption sont des manières de se distinguer, d’exclure et de se protéger. Les discussions sur la corruption font partie des secrets qui créent les groupes, socialisent aux normes, et permettent de classer. Nous avons pu observer ces moments de trois manières : dans notre travail comme chercheur et chercheuse en ONG, lors d’entretiens où le sujet venait spontanément et lorsque nous l’évoquions explicitement.

La corruption est donc au cœur de nombreuses normes explicites et implicites entre les salariés et joue un rôle dans la professionnalisation de ces derniers. Dans quelle mesure la corruption permet-elle d’identifier des processus de concurrence entre des groupes professionnels ? Nous émettons l’hypothèse qu’elle participe à stigmatiser et mettre à distance certains acteurs, dont les agents de terrain, et qu’elle fait l’objet d’une négociation qui permet d’identifier des marqueurs de professionnalisation.

Nous souhaitons ainsi proposer une série de trois billets sur la place de la corruption dans les processus de professionnalisation. Le deuxième billet portera sur les types de corruption identifiés et discutés dans les ONG internationales et le dernier sur la corruption comme processus de stigmatisation.

Références

Blundo, G. (2020). Décrire le caché. Autour du cas de la corruption. In J.-P. Olivier de Sardan (Éd.), Pratiques de la description (p. 75‑111). Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. http://books.openedition.org/editionsehess/19826

Blundo, G., & Olivier de Sardan, J.-P. (2016). La corruption comme terrain. Pour une approche socio-anthropologique. In Monnayer les pouvoirs : Espaces, mécanismes et représentations de la corruption (p. 21‑46). Graduate Institute Publications. http://books.openedition.org/iheid/2617

Blundo, G., & Sardan, J.-P. O. de. (2001). La corruption quotidienne en Afrique de l’Ouest. Politique africaine, N° 83(3), 8‑37.

Olivier de Sardan, J.-P. (1996). L’économie morale de la corruption en Afrique. Politique Africaine, 63, 97‑116.

Explications de la catégorie « Aperçus de recherche »

Les billets de notre carnet sont divisés en quatre catégories. Chacune aborde une perspective différente pour appréhender notre recherche ainsi que ses étapes. Nous présentons ici les aperçus de lecture, la troisième catégorie de ce carnet.

Basée sur nos expériences de terrain, cette catégorie vise à rendre compte de nos analyses en cours avant la publication du rapport final pour la Fondation Croix-Rouge. Ces « aperçus » sont ainsi volontairement succincts, mais proposent des éléments de terrain et des analyses, autour d’une petite question de recherche.

Note de lecture : les recherches sur les expatrié.es non occidentaux de la solidarité internationale

Les explications de cette catégorie sont disponibles ici

Auteur : Mamane Souley Issoufou Sani

La problématique du métier de l’international ou des expatriés a récemment fait l’objet des travaux en sociologie et en anthropologie. Ces travaux se sont largement concentrés sur les conditions d’exercice du métier des expatriés dans des terrains parfois difficiles d’accès ainsi que la façon dont ces derniers vivent l’expérience des professions de l’international.

Dans le cadre de ses travaux sur l’aide internationale au Maroc et en Tunisie, Amin Allal discute du transfert des politiques publiques à travers la formation d’une communauté de pratique. Cette communauté est composée de ce qu’elle appelle les ‘’les acteurs du développement international’’ et leurs partenaires locaux. Ils sont tous engagés dans le partage de la même langue, du même savoir et savoir-faire à travers un processus qui s’opère à travers des rencontres, d’apprentissage et de socialisation (Allal, 2010).

Marion Frésia part de l’analyse des énoncés émis qu’on retrouve dans le discours quotidien des fonctionnaires internationaux qui travaillent au Haut-Commissariat des Réfugiés  pour montrer comment ces derniers qu’elle appelle ‘’une élite transnationale’’ (Fresia, 2009)s’efforcent de forger une certaine identifié professionnelle en mobilisant des cadres de références communs indépendamment de leurs nationalités et de leur dispersion géographique.

De son côté, Anne Catherine Wagner (Wagner, 2007) discute de l’accès à la mobilité, au voyage dans les pays du Nord notamment comme un critère important de définition des groupes dominants dans les hiérarchies postraciales. Pour Wagner, la mondialisation n’a pas que des effets sur l’économie. Elle bouscule également les mobilités sociales et participe à l’émergence d’une classe dominante internationale.

Mais la question de l’expatriation, du volontariat dans les ONG internationales et en particulier au sein de MSF était selon l’anthropologue français Didier Fassin, exclusivement réservée aux Occidentaux pendant des décennies avant que des voix s’élèvent pour demander une plus grande ouverture à des personnes issues des pays en développement (Fassin, 2010). Si les mobilités étaient développées et fréquentes dans un même ou dans plusieurs pays pour les Occidentaux qui travaillaient dans des organisations internationales (Redfield, 2012), l’engagement des expatriés noirs africains est donc un phénomène nouveau (Souley Issoufou, 2018).

Bibliographie

Allal, A. (2010). Les configurations développementistes internationales au Maroc et en Tunisie : Des policy tranfers à portée limitée. Critique internationale, 48(3), 97. https://doi.org/10.3917/crii.048.0097

Fassin, D. (2010). La raison humanitaire une histoire morale du temps présent. Gallimard : Seuil. http://banq.pretnumerique.ca/accueil/isbn/9782021037364

Fresia, M. (2009). Une élite transnationale : La fabrique d’une identité professionnelle chez les fonctionnaires du Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés. Revue européenne des migrations internationales, 25(3), 167‑190. https://doi.org/10.4000/remi.4999

Issoufou, M. S. S. (2018). Une nouvelle élite dans les métiers de l’international : Les expatriés africains d’Épicentre et leurs rapports professionnels avec les employés locaux. Critique internationale, N° 81(4), 83‑106.

Redfield, P. (2012). The unbearable lightness of ex-pats : Double Binds of Humanitarian Mobility. Cultural Anthropology, 27(2), 358‑382. https://doi.org/10.1111/j.1548-1360.2012.01147.x

 Wagner, A.-C. (2007). Les classes sociales dans la mondialisation (Vol. 153). La Découverte. http://www.cairn.info/revue-idees-economiques-et-sociales-2008-3-page-78.htm

Explications de la catégorie “Notes de lectures”

Les billets de notre carnet sont divisés en quatre catégories. Chacune aborde une perspective différente pour appréhender notre recherche ainsi que ses étapes. Nous présentons ici les notes de lectures, la deuxième catégorie de ce carnet.

La catégorie “Notes de lectures” rend compte de nos lectures, ouvrages, articles, littérature grise nous aidant à mener notre recherche. Elles peuvent par exemple nous avoir aidés à construire notre cadre théorique et rendent compte également de notre veille documentaire sur le sujet des acteurs de l’aide humanitaire.

Nous proposons deux styles de notes de lectures. Les notes de lectures dessinées permettent de présenter une traduction graphique des articles. Les articles sont interprétés et illustrés, en respectant le plus possible les mots des auteurs. Les notes de lectures simples sont des notes rédigées classiques.