Explications de la catégorie “Dialogues méthodologiques”

Les billets de notre carnet sont divisés en quatre catégories. Chacune aborde une perspective différente pour appréhender notre recherche ainsi que ses étapes. Nous présentons ici les dialogues méthodologiques, la première catégorie de ce carnet.

Les dialogues sont des échanges épistolaires entre les deux chercheurs en charge de la recherche. Verena Richardier est basée en France et en Suisse tandis que Mamane Souley Issoufou Sani travaille entre Niamey et Maradi. Ils doivent se retrouver quelques temps à Dakar, mais l’essentiel de leur recherche sera mené conjointement, à distance l’un de l’autre.

Nous sommes conscients des enjeux qu’une telle recherche représente. Nous souhaitons éviter deux écueils : celui d’une recherche de terrain par procuration et celui d’une recherche maillée par une domination épistémologique occidentale. Nous n’avons pas la prétention de les éviter. Ils font structurellement partie de notre environnement. La crise du Covid-19 a accéléré la tendance à la privatisation et la délégation du travail de terrain – l’excellent billet d’Adam Baczko et Gilles Dorronsoro est à ce titre très pertinent (Baczko & Dorronsoro, 2020).

La globalisation de la science n’a pas non plus effacé les inégalités, ni les injustices épistémiques et pratiques entre les savoirs[1] (Bhargava, cité dans Roulleau-Berger, 2015). L’anthropologie a participé à imposer des cadres de compréhension aux chercheurs africains et concrètement, les revues reconnues utilisent des normes plus accessibles à suivre pour certains que pour d’autres…

Cependant, nous avons comme ambition de neutraliser, autant que possible, ces écueils. Conscients de nos contraintes (Verena pourra-t-elle aller à Dakar en janvier faire du terrain ? Comment Mamane peut-il obtenir des ouvrages introuvables à Maradi ? Comment égaliser une recherche où une personne est proche des financeurs et l’autre moins ?), nous voulons les réduire, par petites touches, et avec humilité.

Pour cela, nous devons tout d’abord nous comprendre, réduire la distance par le dialogue. Ces dialogues méthdologiques sont donc des échanges sur des thématiques particulières (accès aux données, conditions de travail etc.) qui représentent l’envers souvent ignoré d’une recherche. Parler, objectifier, discuter et mettre en ordre ces questions nous semble précieux pour construire une collaboration complexe et réflexive, à la hauteur de nos limites et de nos objectifs.

Références :

Baczko, A., & Dorronsoro, G. (2020, octobre 19). The Ethical, Epistemological, and Conceptual Need to Resume Fieldwork. Items – Insights from the Social Sciences.

Roulleau-Berger, L. (2015). Sciences sociales “post-occidentales” : De l’Asie à l’Europe. Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, 5, 9‑23.


[1] « L’injustice épistémique en est l’une des formes [de l’injustice culturelle] : elle survient quand les concepts et les catégories grâce auxquels un peuple se comprend lui-même et comprend son univers sont remplacés ou affectés par les concepts et les catégories des colonisateurs » (Bhargava, 2013 : 44, cité par Roulleau-Berger, 2015).



Citer ce billet
V. (2020, 4 décembre). Explications de la catégorie “Dialogues méthodologiques” Les travailleurs du front humanitaire. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovw9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search