Aperçus de recherche : La place de la corruption dans la professionnalisation (partie 1)

Ce que parler de la corruption peut vouloir dire

La corruption dans les ONG internationales est un sujet à la fois tabou et sans cesse évoqué. Son poids moral est d’autant plus fort que l’argent sert un but humanitaire et qu’il provient directement de donateurs privés. Détourner les fonds, de quelque manière que ce soit, est une négation des principes fondateurs de l’aide. Les ONG se surveillent et sont continuellement surveillées, surtout lorsqu’elles interviennent dans des contextes où la corruption peut être une pratique routinière et banalisée comme en Afrique de l’Ouest (Blundo & Sardan, 2001). La corruption appartient dans ces situations à un complexe qui dépasse les murs de l’ONG et s’enchâsse dans le fonctionnement administratif des Etats où elle travaille (Blundo & Sardan, 2001; Olivier de Sardan, 1996). Dans ces contextes, « c’est la probité qui apparaît comme la déviance » (Blundo, 2020).

Parler d’elle est délicat, considérant sa dimension cachée. La corruption appartient à une sociologie de la rumeur (Blundo & Olivier de Sardan, 2016). Elle est publiquement dénoncée, mais la criminaliser revient également à perdre de vue sa dimension sociale. Secrète, elle est presque impossible à observer, sauf à la vivre. Elle devient alors uniquement ce que les « autres » en disent.

Nous avons choisi d’exploiter ce défaut pour ce qu’il est : une manière d’observer la place que tient la corruption dans le quotidien professionnel des acteurs de l’aide humanitaire. En faisant attention à qui parle de corruption, selon quels termes, qui dénonce et qui se tait, on voit se dessiner le contour mouvant de groupes professionnels, pour qui les normes de la corruption sont des manières de se distinguer, d’exclure et de se protéger. Les discussions sur la corruption font partie des secrets qui créent les groupes, socialisent aux normes, et permettent de classer. Nous avons pu observer ces moments de trois manières : dans notre travail comme chercheur et chercheuse en ONG, lors d’entretiens où le sujet venait spontanément et lorsque nous l’évoquions explicitement.

La corruption est donc au cœur de nombreuses normes explicites et implicites entre les salariés et joue un rôle dans la professionnalisation de ces derniers. Dans quelle mesure la corruption permet-elle d’identifier des processus de concurrence entre des groupes professionnels ? Nous émettons l’hypothèse qu’elle participe à stigmatiser et mettre à distance certains acteurs, dont les agents de terrain, et qu’elle fait l’objet d’une négociation qui permet d’identifier des marqueurs de professionnalisation.

Nous souhaitons ainsi proposer une série de trois billets sur la place de la corruption dans les processus de professionnalisation. Le deuxième billet portera sur les types de corruption identifiés et discutés dans les ONG internationales et le dernier sur la corruption comme processus de stigmatisation.

Références

Blundo, G. (2020). Décrire le caché. Autour du cas de la corruption. In J.-P. Olivier de Sardan (Éd.), Pratiques de la description (p. 75‑111). Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. http://books.openedition.org/editionsehess/19826

Blundo, G., & Olivier de Sardan, J.-P. (2016). La corruption comme terrain. Pour une approche socio-anthropologique. In Monnayer les pouvoirs : Espaces, mécanismes et représentations de la corruption (p. 21‑46). Graduate Institute Publications. http://books.openedition.org/iheid/2617

Blundo, G., & Sardan, J.-P. O. de. (2001). La corruption quotidienne en Afrique de l’Ouest. Politique africaine, N° 83(3), 8‑37.

Olivier de Sardan, J.-P. (1996). L’économie morale de la corruption en Afrique. Politique Africaine, 63, 97‑116.



Citer ce billet
V. (2021, 6 avril). Aperçus de recherche : La place de la corruption dans la professionnalisation (partie 1). Les travailleurs du front humanitaire. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovwh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search