Aperçus de recherche : La place de la corruption dans la professionnalisation (partie 2)

Définir la corruption des autres

Les ONG et le secteur associatif cherchent en permanence à comprendre la corruption et à la cadrer, notamment après les détournements importants suites aux interventions humanitaires massives, comme après le tsunami de 2004. La corruption est définie comme tout détournement à des fins privées d’un pouvoir confié en délégation par Transparency International qui distingue la « grande » corruption, systématique et de haut niveau, de la « petite » plus discrète et menée par le petit personnel (Transparency International, s. d.), la corruption active de la corruption passive. Des spécialistes interrogent sa dimension secrète (Aït-Mohamed Parent, 2016) et les guides spécialisés explorent en détails les formes spécifiques qu’elles peuvent tenir (Transparency International, 2010).

Du côté de la recherche, l’anthropologie du développement avec Jean-Pierre Olivier de Sardan et d’autres anthropologues discutent de plusieurs formes de corruption qu’on observe au quotidien, aussi bien dans les administrations publiques, privées que dans la vie quotidienne. De ces formes élémentaires de corruption, on peut noter : la gratification, la commission, le piston, la privatisation, le tribut et la perruque. Ces formes créent un continuum, où les formes s’entremêlent.

D’autres anthropologues , comme l’Américain James C. Scott (Scott, 1969), distinguent une corruption dite « de proximité » (parochial corruption) et de « marché » (market corruption). La première est prise dans des liens de réciprocité, souvent affectifs et l’autre plus anonyme, où le montant l’emporte sur les liens. Giorgo Blundo remet en question cette différenciation (Blundo, 2020), dans la mesure où toute corruption est toujours une transaction, prise parfois dans un temps long, celui de la construction d’une relation. Par ailleurs, les transferts et contre-transferts immédiats caractéristiques d’une relation marchande n’existent pas dans une ONG, où la transaction corruptrice prend place dans un réseau d’amitiés et de confiance dense. De plus, toutes les corruptions ne sont pas monétaires.

Toutefois définir les types de corruption est tout aussi difficile que de la décrire. Si du côté de la morale, des règles et des lois, les choses peuvent paraître claires, elles ne s’appliquent jamais empiriquement de manière parfaite. Certaines personnes sont punies, d’autres pas, les personnes ne sont pas toujours d’accord sur le sens à lui donner (Becker, 1985). La déviance existe lorsqu’une norme est définie et appliquée. En cela, la corruption est toujours une forme d’activité collective et n’existe qu’en tant que telle.

Il est ainsi intéressant sur le terrain d’observer qui parle de corruption et qui a le pouvoir de définir des actes comme corruption et comment se négocie, en groupe, ce travail. Les groupes dominants, c’est-à-dire les responsables hiérarchiques sont au cœur de ce processus. Une corruption peut ainsi être assumée, stigmatisée ou tolérée. La corruption est assumée lorsqu’elle répond aux impératifs de l’aide humanitaire. Ainsi, une professeure de Bioforce Dakar expliquait en cours avoir dû, comme cheffe de projet, donner de l’argent à un responsable de village, pour pouvoir atteindre des personnes vulnérables. Elle précise que cette décision a été prise de manière collégiale dans l’organisation, afin de répondre à des besoins urgents.

La corruption stigmatisée est souvent celles des « autres ». Elle ne concerne presque jamais le locuteur et définit le contour de groupes en opposition. Mamane Sani remarque ainsi à Epicentre, le centre de MSF dans lequel il a travaillé au Niger, que les salariés nigériens accusent de corruption les expatriés africains qui privilégient, selon eux, les leurs et les empêchent, eux nationaux, d’accéder aux postes de responsabilité (Issoufou, 2018). J’ai pu de mon côté entendre un expatrié d’origine africaine me raconter comment il a été accusé, par des expatriés européens, de favoritisme également envers ses compatriotes.

La corruption tolérée est celle des plus faibles et des plus fragiles dans l’organisation, ceux dont les actes de corruption ne sont pas considérés comme suffisamment dangereux ou importants pour être stigmatisés. Les chauffeurs, les gardiens, mais surtout les bénéficiaires rentrent dans cette catégorie. Leurs actions sont acceptées dans la mesure où elles sont invisibles, mais peuvent soudainement devenir visibles et être alors stigmatisées. Un coordinateur de services supports et donc responsable de logistique, me disait qu’un petit pourcentage de perte était par exemple toujours accepté lors des distributions alimentaires, ou de carburant. Mais ce montant, quasiment défini à l’avance, ne devait pas être trop important. Les moments de mise en visibilité et de contrôle de cette tolérance sont souvent des périodes de tension importantes dans les structures, car les normes implicites sont bouleversées et toutes et tous doivent pouvoir renégocier une forme d’équilibre.

Les transactions corruptrices sont donc des actes essentiellement collectifs, mouvants en fonction du pouvoir de sanctionner, et de leur mise en visibilité. Au-delà de leur réalité, c’est la manière dont elles participent à construire les groupes et à les opposer qui nous intéresse.

Références

Aït-Mohamed Parent, M. (2016). La corruption : Un défi auquel n’échappe pas le secteur humanitaire. Alternatives Humanitaires, 3, 148‑157.

Becker, H. S. (1985). La théorie de l’étiquetage : Une vue rétrospective (1973). Lecons De Choses, 201‑237.

Blundo, G. (2020). Décrire le caché. Autour du cas de la corruption. In J.-P. Olivier de Sardan (Éd.), Pratiques de la description (p. 75‑111). Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. http://books.openedition.org/editionsehess/19826

Issoufou, M. S. S. (2018). Une nouvelle élite dans les métiers de l’international : Les expatriés africains d’Épicentre et leurs rapports professionnels avec les employés locaux. Critique internationale, N° 81(4), 83‑106.

Scott, J. C. (1969). The Analysis of Corruption in Developing Nations. Comparative Studies in Society and History, 11(3), 315‑341. https://doi.org/10.1017/S0010417500005363

Transparency International. (s. d.). Corruption Glossary. Transparency.Org. Consulté 14 avril 2021, à l’adresse https://www.transparency.org/en/glossary

Transparency International. (2010). Prévenir la corruption dans le cadre des opérations humanitaires (p. 179). Transparency International. https://images.transparencycdn.org/images/2010_HandbookHumanitarianOperations_FR.pdf



Citer ce billet
V. (2021, 18 avril). Aperçus de recherche : La place de la corruption dans la professionnalisation (partie 2). Les travailleurs du front humanitaire. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovwj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search