Aperçus de recherche : La place de la corruption dans la professionnalisation (partie 3)

Le soupçon de corruption comme stigmate du local

La méfiance et le soupçon de corruption sont un stigmate, dans la mesure où ils touchent certaines catégories de salariés davantage que d’autres. Erving Goffman a fait du stigmate un concept sociologique permettant d’observer comment des individus sont jugés en fonction de leur écart à la norme, à partir d’attributs sociaux considérés de manière dévalorisante : handicap, couleur de peau, etc. (Goffman, 1975). Dans notre cas, la corruption stigmatise la proximité au local. Ainsi, les personnes sont jugées plus susceptibles de corruptions différentes selon les lieux où elles travaillent et selon qui elles sont.

Un salarié malien au Mali est souvent identifié par son organisation comme un salarié “national”, sous contrat national. Lorsqu’il est envoyé au Burkina Faso, il devient un expatrié. Le statut change selon l’espace, sauf pour les personnes expatriées d’origine occidentale, qui conservent un statut d’extériorité qui les privilégie face au soupçon, même lorsqu’elles travaillent sous contrat local.

À chaque groupe professionnel correspond un lien avec le local et une corruptibilité potentielle, reposant sur les dynamiques de pouvoir et d’inégalités entre les groupes. Les “locaux”, les agents de terrain et les plus précaires sont suspectés de détournements de biens ou de favoritisme, mais justifiés par le besoin. La corruption est d’ailleurs légitimée par les personnes confrontées à leurs actes comme cela (“j’ai une famille à nourrir”, etc.). Les groupes de cadres expatriés sont moins suspectés, car plus distants. Mais leur distance peut aussi se retourner contre eux, notamment pour les expatriés africains, qui sont jugés pour leur manque d’engagement et leur trop grande distance face au “projet” humanitaire. Les apprenants et apprenantes du centre Bioforce Afrique différenciaient très souvent leurs pairs en fonction de ceux “à la recherche d’une carrière expatriée” et ceux “qui cherchent un métier avec du sens”. Si ces groupes sont soupçonnés de détournements, ils seront surtout financiers, sous la forme d’un pourcentage, au détour d’un contrat de prestation. Ce soupçon de la proximité pousse encore de nombreuses ONG internationales à éviter de nommer des salarié.es locaux directeurs ou directrices de missions. S’ils le sont, c’est alors souvent en binôme avec un.e expatrié.e occidental.e.

Ce stigmate du local entraîne ainsi une méfiance de fait, qui peut primer sur la confiance. La reconnaissance du degré de professionnalisation est associée à un jeu de négociation identitaire en fonction des lieux. La définition de la corruption, acceptable ou non, dépend du groupe professionnel d’appartenance, mais également des espaces où se trouvent ces derniers. Peter Redfield (Redfield, 2012), en analysant les salariés nationaux, note les stratégies pour contourner ce stigmate. Une docteure en chef angolaise travaillant en Angola pour MSF refusait de conserver la clé des coffres pour ne pas être accusée de détournement. Elle disait espérer pouvoir changer de lieu de travail, acceptant de travailler partout, mais surtout pas en Angola.

La distance avec le terrain, mais aussi l’engagement humain, sont ainsi des marqueurs de professionnalisme qui écartent le soupçon (Richardier, 2019). Cependant, l’expérience peut compenser la proximité, voire la rendre positive, l’âge également, tandis que l’origine peut, en fonction des moments de carrière, être un avantage. Au Mali, dans l’ONG où j’ai travaillé, un directeur de ressources humaines en “fin de carrière”, qui pouvait travailler « n’importe où » était considéré comme très peu corruptible. Un formateur du centre Bioforce Afrique, d’origine burkinabé, me confiait également qu’à son niveau de carrière, la corruption était hautement improbable, car vu sa spécialisation, s’il était reconnu coupable de ce genre d’acte, “même en enfer tu ne trouveras plus de job“.

Le stigmate du local, analysé par le soupçon de corruption, rend donc compte d’un processus de professionnalisation dynamique, se déployant en fonction des groupes professionnels parfois concurrents, des origines perçues, des lieux du travail, et des moments d’une carrière.

Références

Goffman, E. (1975). Stigmate : Les usages sociaux des handicaps. Les Éditions de Minuit.

Redfield, P. (2012). The unbearable lightness of ex-pats : Double Binds of Humanitarian Mobility. Cultural Anthropology, 27(2), 358‑382. https://doi.org/10.1111/j.1548-1360.2012.01147.x

Richardier, V. (2019). Le souci d’autrui en miettes – Capitalisme émotionnel et division du travail humanitaire depuis Lyon, Pékin et Bamako [Thèse de doctorat]. Université de Lyon.



Citer ce billet
V. (2021, 5 mai). Aperçus de recherche : La place de la corruption dans la professionnalisation (partie 3). Les travailleurs du front humanitaire. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ovwk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search