Dialogues méthodologiques : ouvrir le terrain

Les explications de cette catégorie sont disponibles ici.

[Verena] : Notre recherche comporte un terrain soigneusement délimité (le centre Afrique de Dakar), un espace beaucoup plus large et flou qui est celui des interventions humanitaires (potentiellement toute l’Afrique) et le terrain non physique des relations des mobilités entre ces différents lieux. Ces trois « terrains » se rapprochent de la réalité « sans couture » de l’ethnographie multisituée (Candea, 2009, p. 25‑46; Marcus, 1995).

Chacun de ces terrains, plus ou moins faciles à appréhender, doit être « ouvert ». Et depuis nos positions, le travail n’est sans doute pas le même, d’où le fait que je pensais t’écrire une note sur le sujet.

Je suis arrivée à Dakar le 15 janvier. Entrer à Bioforce, rencontrer des humanitaires passés par Bioforce ou bien installés dans la carrière m’a pris malgré tout du temps. Je dis malgré tout en faisant en réalité référence à mes contacts. Je connais le monde des ONG internationales, j’ai encore beaucoup d’anciens collègues et amis et mon nom de famille fait parfois réagir quelques personnes. En arrivant à Dakar, j’ai tenté l’ouverture par le pas de la porte pour certaines ONG, en essayant de voir ce que cela donnait d’arriver naturellement quelque part pour obtenir des contacts, sans activer le réseau.

Ce fut un échec, à part avec un assistant de projet qui, chefs absents (télétravail oblige), m’a spontanément accordé un entretien. Pour les autres structures, je n’ai pas dépassé la sécurité.

Alors je suis retournée du côté des réseaux, en écrivant des messages, en téléphonant, en expliquant la recherche, en allant boire des verres pour parler de notre travail. Cela m’a pris presque trois semaines.

Et toi, comment cela se passe-t-il pour rencontrer des personnes ? Notamment les animateurs de terrain, impossibles à contacter pour moi ? Par quel réseau passes-tu ? Arrives-tu à sortir de ce réseau, est-ce que tu vas te déplacer ?

[Mamane] : Pour ma part, il faut dire que j’ai été un peu naïf de croire que je pourrais facilement accéder au terrain. En effet, je ne dois pas me déplacer d’un pays à un autre comme c’est ton cas, car les personnes que je souhaitais interviewer habitent dans la même localité que moi. Qui plus est, je comptais utiliser mon réseau de connaissances personnelles issu à la fois de mes activités professionnelles en tant que chercheur, et issu également de mes recherches doctorales antérieures.

J’avais discuté avec certains d’entre eux qui m’ont confirmé leur disponibilité. Mais la mobilité de certains, qui ont quitté l’ONG où on a pris connaissance et où on a travaillé ensemble, pour rejoindre Bioforce Dakar dans l’espoir d’embellir leur carrière professionnelle, a créé une certaine distance. Entre temps, j’ai déménagé pour habiter à Niamey après avoir soutenu ma thèse d’anthropologie à la fin du mois de septembre dernier. Après quelques appels téléphoniques pour garder les contacts et espérer avoir des entretiens, le réseau social WhatsApps est finalement devenu l’espace privilégié d’échanges autour de plusieurs thématiques y compris pour les personnes qui vivent dans le pays.

Par ailleurs, d’autres personnes qui se reconnaissent dans l’action humanitaire, avaient participé à des formations que j’ai réalisées dans leur structure, en l’occurrence Humanité & Inclusion deux années plus tôt, avant de rejoindre Bioforce à Dakar.

Tout de même, pour convaincre et garder des liens privilégiés avec mes interlocuteurs qui prenaient parfois beaucoup de temps avant de répondre à mes messages (écris comme vocaux) via WhatsApps, j’ai été obligé d’appeler plusieurs fois, sous prétexte que c’est juste pour saluer, de reposer les mêmes questions restées antérieurement sans réponses. L’une des personnes avec qui je suis le plus en contact a accepté volontiers de m’accorder des entretiens aussi longtemps que possible, car :

  • Ce fut un plaisir de s’intéresser à sa carrière professionnelle très riche sur le plan de l’expérience.
  • Ensuite, mon travail est issu d’une bourse de recherche d’une fondation qu’elle connaît et souhaite voir d’éventuelles publications d’articles scientifiques qui retracent quelques parcours des acteurs de l’humanitaire, où il s’y reconnait.
  • Après, elle apprécie personnellement mon parcours personnel, celui d’un jeune docteur en science sociale, et qui s’intéresse à des thématiques qu’elle affectionne particulièrement.  

Elle est enfin heureuse de pouvoir m’aider dans une recherche grâce à laquelle je pourrai publier un ou des articles avec d’autres chercheurs, des ‘’Blancs notamment’’.

Aussi, ai-je utilisé le même réseau pour discuter des rencontres réalisées par ses acteurs et m’aider à trouver d’autres contacts. Mais je dois me déplacer et me faire assister par des contacts pour avoir des entretiens avec des personnes qui ne me connaissent pas et qui ne voient pas forcément mon intérêt pour leur personne et leur carrière.

Références

Candea, M. (2009). Arbitrary Locations : In Defence of the Bounded Field-site. In M.-A. Falzon (Éd.), Multi-sited ethnography : Theory, praxis and locality in contemporary research (p. 25‑46). Ashgate.

Marcus, G. E. (1995). Ethnography in/of the World System : The Emergence of Multi-Sited Ethnography. Annual Review of Anthropology, 24(1), 95‑117.

Les travailleurs du front humanitaire

Le carnet « Les travailleurs du front humanitaire » est un carnet de recherche accompagnant le travail de Verena Richardier et Mamane Sani Souley-Issoufou, lauréats 2020-2021 de la bourse postdoctorale « Transition humanitaire » de la Fondation Croix-Rouge. Nous souhaitons pouvoir diffuser une partie de nos recherches de terrain en continu, ainsi que nos réflexions et explorations.

Notre recherche porte sur les stratégies professionnelles des travailleurs en contact direct avec les « bénéficiaires ». Ces acteurs sont à la fois en première ligne et en bas des chaînes hiérarchiques. Il ne s’agit pas des médecins ou infirmiers, mais de tout un personnel souvent invisible, constitué d’agents de terrain, certains bénévoles ou précaires, parfois engagés à la journée, pour mener des formations, compter des familles, participer à des distributions, jouer le rôle de relais communautaires. Quand ils ne sont pas ignorés, ces travailleurs peuvent être considérés avec méfiance, comme prompts à la corruption, ou encore prêts à privilégier leurs proches.

Nous voulons questionner les clichés qui leur sont attachés afin de comprendre toute la complexité de leur rôle comme interface de contact entre l’aide « étrangères » et l’aide « locale ». Ces acteurs sont pour nous au front de l’aide humanitaire, mais aussi de toute perspective de localisation de l’aide. Il nous semble ainsi essentiel de mieux les connaître. Pour cela, nous mobilisons une sociologie des professions, appliquée au travail humanitaire, en considérant les travailleurs du front humanitaire comme des acteurs en mouvement entre une aide dite professionnelle et une aide considérée comme non professionnelle. Nous cherchons ainsi à comprendre dans quelles conditions ils peuvent être reconnus et dans quelle mesure les formations spécialisées et délocalisées leur permettent de mener une carrière entre ces deux espaces.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search