Dialogues méthodologiques : l’accès aux recherches scientifiques

Les explications de cette catégorie sont disponibles ici.

[Verena] L’accès aux articles et ouvrages, c’est un sujet qui m’obsède beaucoup depuis que j’ai regardé cette vidéo sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=WnxqoP-c0ZE

Et surtout depuis que j’ai réalisé, en lisant un articule sur la domination par la linguistique, que ceux qui parlaient les langues des dominants étaient en général ceux qui parlaient le moins de langues. Les anglophones parlent rarement autre chose que l’anglais. Je parle français et je suis obligée de parler anglais. Et toi je sais que tu parles français, anglais et encore d’autres langues dont j’ignore le nom (tu me les donnes ?). Bref, réaliser cela, qui peut sembler évident, m’avait à l’époque déstabilisée.

[Mamane] Je ne parle que deux langues : le français que j’ai appris  l’école (héritage colonial) et le haussa (ma langue maternelle). Je me débrouille un peu en anglais avec des lectures évidemment. Mais je parle passablement l’anglais. Voilà pourquoi, j’ai tout fait pour aller dans un pays anglophone (le Canada est mon pays de rêve) faire un post-doc ne serait-ce que pour un an afin bien savoir lire et écrire. Mon directeur de thèse, Frédéric Le Marcis a d’ailleurs frappé à plusieurs portes. Elles ne sont pour l’instant pas ouvertes.   

[Verena] Pour les bibliothèques, je ne sais pas comment tu fais. Sans doute qu’il n’y a pas de bibliothèque à Maradi. Je me trompe ? Je suis certaine que tu as une grande bibliothèque au LASDEL par contre. Combien de temps pouvez-vous garder les livres ? Comment recevez-vous les dernières nouveautés ? Comment fais-tu pour accéder aux livres les plus récents ? Est-ce que tu peux lire en anglais ?

[Mamane] Il n’y pas de bibliothèques pour les sciences sociales à Maradi. La plus grande, Bibliothèque du point d’interrogation (BPI) existe depuis une vingtaine d’années. Elle a bénéficié d’un financement de J. L. qui a beaucoup contribué à son développement. C’est d’ailleurs un Lyonnnais à la retraite après avoir exercé à Maradi pendant plus de vingt ans en qualité d’enseignants de Français. Je le rencontre à chacun de mes séjours à Lyon. J’ai beaucoup fréquenté la BPI quand j’étais au collège et au Lycée. Je lisais surtout les romans. Il n’y a qu’un seul rayon consacré aux sciences sociales et ce sont des documents classiques qu’on y trouve. A Niamey, le LASDEL dispose d’un centre de documentation bien garni. Mais toutes les consultations se font sur place et on ne note pas de nouvelles parutions. 

[Verena] J’ai appris au fil des années à obtenir de diverses manières beaucoup d’ouvrages et de revues. La vidéo Youtube m’a apprise l’existence de Sci-hub par exemple. J’ai accès grâce à l’ENS à la plupart des revues. Quand elles ne sont pas disponibles malgré mes codes, alors j’utilise Sci-hub… qui ne marche pas toujours.

[Mamane] Grâce à mon login de l’ENS, accède à des revues internationales de sciences sociales. A défaut j’utilise Sci-hub ou Libgen pour acceder à des livres en français comme en anglais. J’en ai beaucoup servi pour constituer ma bibliothèque numérique d’ailleurs. Grace à Libgen j’ai pu avoir des livres que je n’aurai accéder en temps normal faute de moyens. Je reconnais cependant qu’avoir un livre en papier est plus pratique qu’une version numérique. Cependant, on n’y accède pas à tout ce qu’on veut. Il arrive que certains livres ou articles soient inaccessibles pour des raisons évidentes.

[Verena] J’achète aussi des livres numériques sur Amazon. Je me constitue ainsi une bibliothèque numérique. J’achète peu d’ouvrage en papier, ils sont  chers. A Lyon je peux prendre des livres en bibliothèque, mais c’est toujours plus long, et puis il faut les rendre. En fait, je passe de plus en plus par le tout-numérique.

[Mamane] J’ai toujours profité de mes séjours à Lyon pour épargner un peu d’argent et acheter des livres sur Amazon. Mais il est toujours difficile d’accéder à ce qu’on veut en termes de documentation dans la conduite de ses recherches même lorsqu’on dispose d’un login de l’ENS qui permet d’accéder à plusieurs revues.

[Verena] Sinon, je mobilise aussi beaucoup Open-Edition et ses quatre plateformes (Hypothèse, Calenda, Lives et Revues). Leur accès est simple, et très riches. Finalement avec Amazon, Sci-Hub et Open-edition, puis mes bibliothèques, j’arrive plus ou moins à obtenir tout ce dont j’ai besoin.

Qu’est-ce que tu en penses ?

[Mamane] Chouette !

Dialogues méthodologiques : nos conditions de travail

Les explications de cette catégorie sont disponibles ici.

[Verena] Nous venons d’avoir notre premier Skype pour la Fondation Croix-Rouge. Je suis aujourd’hui en Suisse, à Neuchâtel, et je m’interroge sur comment toi tu travailles, depuis le Niger.

[Mamane] Depuis début aout 2018, je suis au Niger après un séjour de recherches doctorales à Lyon. Je suis à cheval entre Niamey (où se trouve mon laboratoire d’accueil) et Maradi (deuxième ville du Niger où je vis avec ma famille). Mais je passe plus mon temps à Maradi qu’à Niamey où je suis présent en particulier en cas de séminaire, atelier, colloque déplacement à l’étranger, rencontre avec mon directeur de thèse etc.

[Verena] J’ai l’impression que tu travailles souvent depuis le siège des ONG avec lesquelles tu as fait des consultances à Maradi. Tu n’as pas un très bon internet depuis la maison, et je me dis qu’avec les enfants et la famille, c’est toujours compliqué. Du coup je me dis que quand tu fais un Skype, tu dois le préparer bien en avance, te déplacer dans les bureaux, t’installer. De mon côté, je travaille dans plusieurs lieux. Je ne suis pas toujours au laboratoire, je suis plutôt à la maison. Je n’ai pas d’enfants, donc c’est plutôt silencieux. J’ai un grand bureau et une vue sur un château. Parfois je vais travailler dans un espace de « co-working » où je fais du bénévolat. Ce sont des grands bureaux, avec des fauteuils, des machines à café et internet. Je peux m’installer à une table et travailler autant que je veux. Enfin, il m’arrive parfois d’aller dans des cafés pour lire. Je paye une boisson et je peux rester un moment. C’est plus bruyant, donc je ne fais pas ça souvent. Sinon, je travaille à Lyon à l’ENS, et à la bibliothèque Diderot que tu connais.

[Mamane] Je passe habituellement mes journées au bureau de HI (Humanité & Inclusion) à défaut d’avoir la connexion à la maison notamment en cas de besoin de discussion par Skype, Zoom ou WhatsApp. C’était d’ailleurs le cas tout au long de la rédaction de ma thèse. Je suis partenaire de HI depuis quatre ans. Dans le cadre d’une convention avec le LASDEL, j’ai coordonné un programme de recherche-action sur l’adaptation d’une échelle d’évaluation du développement de l’enfant (0-5 ans) au contexte local nigérien. C’est cette entrée qui me permet d’avoir accès à leurs locaux où je ‘’squatte’’ en général dans la salle de réunion ou à défaut, dans un bureau dont le propriétaire est momentanément absent.  

[Verena]Je pense que tu n’as pas de bureau à toi comme doctorant et docteur à Maradi. A Niamey tu dois pouvoir aller au LASDEL et avoir là un bureau, que tu partages peut-être.

[Mamane] Il est vrai que j’ai un bureau à la maison où sont rangés mes documents sur une grande table soigneusement placée avec un ordinateur de bureau. Mais avec une femme et deux enfants, ce n’est pas facile d’y travailler. Pour avoir accès à des documents en lignes ou avoir une discussion, il faut nécessairement faire un partage de connexion à partir de mon téléphone. Mais la qualité est toujours médiocre. Pour scanner un document administratif en particulier, il faut parcourir la moitié de la ville et chercher une  librairie pour faire une impression, signer et scanner son document sur place. On essaye de se débrouiller. Il m’est plusieurs fois arrivé de les envoyer chez mes parents ou chez mes beaux-parents pour passer des journées entières afin de me laisser seul écrire ma thèse que j’ai d’ailleurs soutenue avec une inscription en 6ème année alors qu’avec la fougue du jeune doctorant, je voulais tout finir et soutenir une thèse d’anthropologie en quatre ans au maximum. 

[Verena] Je ne sais pas sur quel ordinateur tu travailles. J’imagine, et je me trompe peut-être, que c’est un vieil ordinateur portable, parfois un peu lent. J’ai un ordinateur portable assez volumineux. Je n’ai pas payé les logiciels qui sont dessus. Il est plus important pour moi que mon téléphone pour le moment. Au quotidien, j’utilise beaucoup des drives, des documents partagés, des réseaux, toute cette manière de collaborer à distance. Mais je sais que tous les internet du monde ne se valent pas et parfois je me demande si je ne participe pas à créer des frontières plus que des ponts en faisant cela.

[Mamane] Je travaille sur un vieil ordinateur que j’ai acheté à Lyon, en juin 2015. Il était tout neuf avant de se faire tomber plusieurs fois par mon enfant. Du coup, j’ai changé de coquille, de carte mère, et la caméra ne marche. En cas discussion en ligne, on n’entend que ma voix. Le jour de ma soutenance qui a eu lieu en visioconférence le 28 septembre 2020, j’ai pris celui d’un ami.

[Verena] Je me dis aussi que tu travailles surtout avec ton téléphone pour rencontrer les gens, notamment les vocaux Whatsapp, pas tellement les messages écrits. C’est plus simple, même avec ceux qui ne savent pas toujours bien écrire. Je me dis que tu dois avoir un bon smartphone, meilleur que ton ordinateur peut- être.

[Mamane] Dans le cadre de mes recherches, j’ai beaucoup travaillé avec mon téléphone. Les appels vidéo sont fréquents, les discussions avec mes directeurs de thèse pratiques et j’envoie plus facilement les documents. A cela s’ajoute les entretiens avec les interlocuteurs légitimes en particuliers dans le cadre du projet de recherche financé par la Fondation Croix-Rouge. En effet, une cohorte des gens dont je fais le récit de vie et la description de la carrière professionnelle sont partis à Dakar pour suivre une formation avec Bioforce dans l’espoir d’avoir une expatriation et un niveau socioprofessionnel qualitatif. Du coup, il m’a été beaucoup plus facile d’échanger avec eux à travers des messages vocaux par WhatsApp. Ces messages sont faits tantôt en haussa qui est par ailleurs ma langue maternelle ou en français. Je suis en ce moment en train de retranscrire certains d’entre eux.

Explications de la catégorie “Dialogues méthodologiques”

Les billets de notre carnet sont divisés en quatre catégories. Chacune aborde une perspective différente pour appréhender notre recherche ainsi que ses étapes. Nous présentons ici les dialogues méthodologiques, la première catégorie de ce carnet.

Les dialogues sont des échanges épistolaires entre les deux chercheurs en charge de la recherche. Verena Richardier est basée en France et en Suisse tandis que Mamane Souley Issoufou Sani travaille entre Niamey et Maradi. Ils doivent se retrouver quelques temps à Dakar, mais l’essentiel de leur recherche sera mené conjointement, à distance l’un de l’autre.

Nous sommes conscients des enjeux qu’une telle recherche représente. Nous souhaitons éviter deux écueils : celui d’une recherche de terrain par procuration et celui d’une recherche maillée par une domination épistémologique occidentale. Nous n’avons pas la prétention de les éviter. Ils font structurellement partie de notre environnement. La crise du Covid-19 a accéléré la tendance à la privatisation et la délégation du travail de terrain – l’excellent billet d’Adam Baczko et Gilles Dorronsoro est à ce titre très pertinent (Baczko & Dorronsoro, 2020).

La globalisation de la science n’a pas non plus effacé les inégalités, ni les injustices épistémiques et pratiques entre les savoirs[1] (Bhargava, cité dans Roulleau-Berger, 2015). L’anthropologie a participé à imposer des cadres de compréhension aux chercheurs africains et concrètement, les revues reconnues utilisent des normes plus accessibles à suivre pour certains que pour d’autres…

Cependant, nous avons comme ambition de neutraliser, autant que possible, ces écueils. Conscients de nos contraintes (Verena pourra-t-elle aller à Dakar en janvier faire du terrain ? Comment Mamane peut-il obtenir des ouvrages introuvables à Maradi ? Comment égaliser une recherche où une personne est proche des financeurs et l’autre moins ?), nous voulons les réduire, par petites touches, et avec humilité.

Pour cela, nous devons tout d’abord nous comprendre, réduire la distance par le dialogue. Ces dialogues méthdologiques sont donc des échanges sur des thématiques particulières (accès aux données, conditions de travail etc.) qui représentent l’envers souvent ignoré d’une recherche. Parler, objectifier, discuter et mettre en ordre ces questions nous semble précieux pour construire une collaboration complexe et réflexive, à la hauteur de nos limites et de nos objectifs.

Références :

Baczko, A., & Dorronsoro, G. (2020, octobre 19). The Ethical, Epistemological, and Conceptual Need to Resume Fieldwork. Items – Insights from the Social Sciences.

Roulleau-Berger, L. (2015). Sciences sociales “post-occidentales” : De l’Asie à l’Europe. Socio. La nouvelle revue des sciences sociales, 5, 9‑23.


[1] « L’injustice épistémique en est l’une des formes [de l’injustice culturelle] : elle survient quand les concepts et les catégories grâce auxquels un peuple se comprend lui-même et comprend son univers sont remplacés ou affectés par les concepts et les catégories des colonisateurs » (Bhargava, 2013 : 44, cité par Roulleau-Berger, 2015).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search