Note de lecture : les recherches sur les expatrié.es non occidentaux de la solidarité internationale

Les explications de cette catégorie sont disponibles ici

Auteur : Mamane Souley Issoufou Sani

La problématique du métier de l’international ou des expatriés a récemment fait l’objet des travaux en sociologie et en anthropologie. Ces travaux se sont largement concentrés sur les conditions d’exercice du métier des expatriés dans des terrains parfois difficiles d’accès ainsi que la façon dont ces derniers vivent l’expérience des professions de l’international.

Dans le cadre de ses travaux sur l’aide internationale au Maroc et en Tunisie, Amin Allal discute du transfert des politiques publiques à travers la formation d’une communauté de pratique. Cette communauté est composée de ce qu’elle appelle les ‘’les acteurs du développement international’’ et leurs partenaires locaux. Ils sont tous engagés dans le partage de la même langue, du même savoir et savoir-faire à travers un processus qui s’opère à travers des rencontres, d’apprentissage et de socialisation (Allal, 2010).

Marion Frésia part de l’analyse des énoncés émis qu’on retrouve dans le discours quotidien des fonctionnaires internationaux qui travaillent au Haut-Commissariat des Réfugiés  pour montrer comment ces derniers qu’elle appelle ‘’une élite transnationale’’ (Fresia, 2009)s’efforcent de forger une certaine identifié professionnelle en mobilisant des cadres de références communs indépendamment de leurs nationalités et de leur dispersion géographique.

De son côté, Anne Catherine Wagner (Wagner, 2007) discute de l’accès à la mobilité, au voyage dans les pays du Nord notamment comme un critère important de définition des groupes dominants dans les hiérarchies postraciales. Pour Wagner, la mondialisation n’a pas que des effets sur l’économie. Elle bouscule également les mobilités sociales et participe à l’émergence d’une classe dominante internationale.

Mais la question de l’expatriation, du volontariat dans les ONG internationales et en particulier au sein de MSF était selon l’anthropologue français Didier Fassin, exclusivement réservée aux Occidentaux pendant des décennies avant que des voix s’élèvent pour demander une plus grande ouverture à des personnes issues des pays en développement (Fassin, 2010). Si les mobilités étaient développées et fréquentes dans un même ou dans plusieurs pays pour les Occidentaux qui travaillaient dans des organisations internationales (Redfield, 2012), l’engagement des expatriés noirs africains est donc un phénomène nouveau (Souley Issoufou, 2018).

Bibliographie

Allal, A. (2010). Les configurations développementistes internationales au Maroc et en Tunisie : Des policy tranfers à portée limitée. Critique internationale, 48(3), 97. https://doi.org/10.3917/crii.048.0097

Fassin, D. (2010). La raison humanitaire une histoire morale du temps présent. Gallimard : Seuil. http://banq.pretnumerique.ca/accueil/isbn/9782021037364

Fresia, M. (2009). Une élite transnationale : La fabrique d’une identité professionnelle chez les fonctionnaires du Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés. Revue européenne des migrations internationales, 25(3), 167‑190. https://doi.org/10.4000/remi.4999

Issoufou, M. S. S. (2018). Une nouvelle élite dans les métiers de l’international : Les expatriés africains d’Épicentre et leurs rapports professionnels avec les employés locaux. Critique internationale, N° 81(4), 83‑106.

Redfield, P. (2012). The unbearable lightness of ex-pats : Double Binds of Humanitarian Mobility. Cultural Anthropology, 27(2), 358‑382. https://doi.org/10.1111/j.1548-1360.2012.01147.x

 Wagner, A.-C. (2007). Les classes sociales dans la mondialisation (Vol. 153). La Découverte. http://www.cairn.info/revue-idees-economiques-et-sociales-2008-3-page-78.htm

Explications de la catégorie “Notes de lectures”

Les billets de notre carnet sont divisés en quatre catégories. Chacune aborde une perspective différente pour appréhender notre recherche ainsi que ses étapes. Nous présentons ici les notes de lectures, la deuxième catégorie de ce carnet.

La catégorie “Notes de lectures” rend compte de nos lectures, ouvrages, articles, littérature grise nous aidant à mener notre recherche. Elles peuvent par exemple nous avoir aidés à construire notre cadre théorique et rendent compte également de notre veille documentaire sur le sujet des acteurs de l’aide humanitaire.

Nous proposons deux styles de notes de lectures. Les notes de lectures dessinées permettent de présenter une traduction graphique des articles. Les articles sont interprétés et illustrés, en respectant le plus possible les mots des auteurs. Les notes de lectures simples sont des notes rédigées classiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search